Selarl Dr Tordjmann chirugien-dentiste Orthodontie exclusive Colombes
01.47.60.20.10

Stripping dentaire (ou remodelage dentaire)

Le remodelage dentaire, ou stripping, est une technique qui permet de modifier la dimension des dents en diminuant très légèrement l’épaisseur de l’émail de la dent de chaque côté de celle-ci.

Ce remodelage s’effectue par action mécanique (fraise diamantée ou disque) et/ou manuelle (papier abrasif ou strip) dans les zones où l’émail s’use naturellement. Cela permet de ménager un espace suffisant afin d’aligner les dents et de rétablir une bonne fonctionnalité.

C’est une intervention totalement indolore car située dans un tissu non innervé.

Des procédures précises sont utilisées pour évaluer la quantité maximale d’émail à supprimer, en général de 0.1mm à 0.5mm entre chaque dent.
La réduction dentaire, ou plutôt amélaire, est donc adaptée à la qualité de l’émail et à l’épaisseur de la dent et s’applique en général à des dents de forme triangulaire plutôt que rectangulaire.

 

Indications

  • dysharmonie dento-maxillaire (DDM), c’est-à-dire insuffisance de place sur l’arcade dentaire pour permettre le bon alignement de toutes les dents avec présence de chevauchement
  • dysharmonie dento-dentaire (DDD), avec des différences dans la largeur relative de dents, de groupes de dents entre elles ou entre le haut et le bas, 
  • risque d’extraction dentaire lié au mauvais placement d’une ou plusieurs dents

 

Après un traitement orthodontique

L’alignement ou le redressement des dents fait souvent apparaître dans le sourire des surfaces d’usure liées au mauvais positionnement antérieur. Il est donc effectué une  ré-harmonisation de ces  surfaces.

Il peut aussi se trouver  un « vide de gencive » qui va créer une ombre noire entre les dents, appelée aussi triangle noir central, souvent dans le cas de dents triangulaires. 

Le stripping permet de paralléliser les bords dentaires et de supprimer l’espace inesthétique.

 

Inconvénients

Les inconvénients sont vraiment limités lorsque le stripping est modéré. Il faut cependant savoir que limer une dent c’est l’amputer d’une partie de son émail, couche protectrice qui ne se renouvelle pas. 

Il existe donc un très léger risque de fragilisation de la dent et de développement de caries. Néanmoins, la couche d’émail n’est jamais supprimée en totalité jusqu’à atteindre la dentine. 

C’est uniquement la partie la plus superficielle de l’émail qui est retirée, soit 0,25 mm par dent au maximum.

 


Les mini-vis en orthodontie

Dans certains cas de traitement orthodontique, des petites vis peuvent être placées dans la partie osseuse afin d’avoir un ancrage orthodontique solide et de faciliter le mouvement des autres dents.

Ces mini-vis sont retirées à la fin du traitement et ne laissent aucune séquelle.

 

Importance de l’ancrage

L’ancrage constitue une préoccupation majeure pour les orthodontistes. En effet chaque fois qu’un déplacement de dents est effectué dans un sens, il se crée sur les dents en appui (ou dents d’ancrage) un mouvement dans le sens opposé. Il est donc primordial de combiner au mieux ces deux mouvements. Les mini-vis d’ancrage présentent de réelles qualités en termes d’efficacité et de simplicité d’utilisation.

Les mini-vis permettent de bouger une seule dent ou un petit groupe de dents sans solliciter obligatoirement d’autres dents. La gamme des mini-vis est développée, avec une grande variété de longueur et de largeur. Elles sont ainsi adaptées à différentes zones d’implantation et peuvent aussi être placées dans des points d’accès difficile.

La pose est simple, rapide, sans douleur et ne nécessite qu’une anesthésie locale légère. Leur mise en charge est immédiate, dès la pose.

Les mini-vis sont généralement fabriquées dans un alliage de titane et comprennent trois parties :

  • une partie intra-osseuse en forme de cône
  • une tête qui permet de fixer différents dispositifs (élastique, fil…)
  • entre les deux, un col transmuqueux, lisse, qui permet de traverser la muqueuse en évitant les irritations et la formation d’une plaque bactérienne

 

Indications

  • Ancrage traditionnel insatisfaisant ou insuffisant
  • Souhait de limiter les appareillages pour raisons d’esthétique ou de confort
  • Orthodontie pré-prothétique
  • Mouvements orthodontiques complexes
  • Eviter une chirurgie orthognathique dans des cas limites

 


L’orthodontie invisible

Pour certains patients, et plus particulièrement pour les grands adolescents ou les patients adultes le souci d’esthétique pendant le traitement est un élément majeur à prendre en compte. Cette orthodontie peut s’effectuer de trois manières.

  • Les attaches orthodontiques transparentes
    Ce dispositif est très discret.
    Efficace, cet appareil peut traiter les cas les plus complexes. l’adaptation est rapide. Une hygiène rigoureuse est nécessaire mais l’entretien est facilité par une bonne visibilité lors du brossage.
     
  •  » La technique invisible  » avec utilisation de gouttières transparentes
    Aujourd’hui, un traitement d’orthodontie amovible, esthétique est possible dans certains cas. C’est une méthode discrète, confortable et pratiquement invisible qui s’appuie sur une technologie d’imagerie numérique permettant de fabriquer une série de gouttières sur mesure en plastique transparent.

    Le patient doit porter chaque gouttière en permanence (sauf pour manger et se brosser les dents) pendant 15 jours, avant de passer à la suivante. Les déplacements dentaires sont réalisés de manière progressive et efficace jusqu’à la position finale recherchée.

    L’adaptation est facile. Il n’y a pas de gêne lors de la mastication puisque l’appareil est retiré pendant les repas. Ce traitement peut être recommandé en cas de risque carieux important. La coopération et la motivation du patient sont indispensables : en effet l’irrégularité dans le port des gouttières entraînera l’échec du traitement.

       
  • L’orthodontie linguale
    Cette technique permet de traiter toutes les malpositions. Elle a fortement évolué ces dernières années grâce à la conception et la réalisation assistées par ordinateur. Il s’agit d’attaches collées sur la face interne des dents, reliées entre elles par des arcs spécialement mis en forme.

    L’appareil est totalement invisible et est considéré comme peu agressif pour les dents. Ce traitement demande cependant une hygiène stricte et des précautions alimentaires précises. Une période d’adaptation est nécessaire.

    En résumé, afin de choisir la technique la mieux adaptée il est important de prendre en compte :

  • l’objectif du traitement, les types d’action possibles ou déconseillés (risque carieux, problème de gencive…)
  • la durée prévisible
  • les nécessités professionnelles et l’environnement personnel de chacun
  • les habitudes d’hygiène
  • l’investissement financier envisagé


Les traitements orthodontiques pour adulte

Les traitements orthodontiques sont possibles à tout âge. Ainsi, les adultes peuvent-ils réaligner leurs dents de la même façon que les enfants et les adolescents.

Intérêts du traitement orthodontique chez l’adulte

Les adultes qui consultent un orthodontiste pour réaligner leurs dents le font le plus souvent pour des raisons esthétiques. L’embellissement du sourire reste en effet une préoccupation à tout âge. Si l’objectif esthétique est essentiel, la recherche du bon fonctionnement de l’ensemble dentaire est également primordiale : des dents bien alignées facilitent le brossage, évitant ainsi la formation de caries et les dépôts de tartre.
Ce brossage approfondi contribue à la protection des gencives et permet de lutter contre le déchaussement des dents. Les fonctions de la bouche (mastication, phonation, respiration) se trouvent également améliorées.

Orthodontie pré-prothétique : certains traitements orthodontiques sont destinés à faciliter la réalisation future d’implants ou de bridge.

Les préalables au traitement

Tout traitement orthodontique, que ce soit chez l’enfant ou chez l’adulte, ne peut se faire que dans une bouche saine et propre. La maîtrise du brossage est un préalable indispensable à tout traitement orthodontique.

A lire aussi : Orthodontie et hygiène bucco-dentaire

Un bilan dentaire doit être réalisé avant le début du traitement afin de s’assurer qu’il n’existe ni carie, ni gingivite, ni déchaussement des dents en évolution. Dans le cas contraire, ces troubles sont à traiter avant le début du traitement orthodontique.

Les techniques de traitement

Chez l’adulte, les traitements peuvent se faire à l’aide de brackets métalliques ou transparents collés sur les dents et reliés par un arc orthodontique le long duquel les dents sont déplacées. Pour rendre le traitement plus discret, des techniques spécifiques peuvent être utilisées (brackets collés sur la face interne des dents, gouttières en plastique transparent…)

Voir aussi : L’orthodontie invisible

Chez l’adulte porteur de bridges reliant plusieurs dents, le déplacement de ce secteur est impossible, à moins de couper le bridge. Les dents sur implants sont également impossibles à déplacer.
Pour la prise en charge des situations les plus sévères, des techniques chirurgicales peuvent être associées au traitement, afin de rétablir une position correcte des mâchoires.

Orthodontie pré-prothétique
Cliquer pour visionner la vidéo en 3D

Les mini-vis et mini-implants

Dans certains cas et pour faciliter le traitement, des petites vis ou implants peuvent être mis en place afin d’avoir un ancrage solide pour déplacer les dents de façon plus efficace. Ces mini-vis ou mini-implants sont retirés à la fin du traitement et ne laissent aucune séquelle.


Les traitements de 4 à 11 ans

Le traitement orthodontique peut être effectué sur les dents de lait, ou en denture mixte si les dents de lait cohabitent avec des dents définitives.

Entre 4 et 8 ans : les traitements en denture temporaire et en denture mixte (les dents de lait cohabitent avec les dents définitives)

Vers 3-4 ans les traitements sont rares. Mais si votre enfant présente déjà un gros décalage entre les deux mâchoires il pourra être pris en charge dès cet âge. Le traitement se fera à l’aide de petits appareils amovibles.

Ensuite, de nombreuses consultations sont liées à une succion du pouce persistante, néfaste au-delà de l’âge de 6 ans. Différents conseils et moyens d’approche vous seront proposés. En effet, il peut se produire un manque de développement transversal du maxillaire supérieur, « mâchoire trop étroite », souvent liée à la succion du pouce ou de la tétine, soignable dès l’évolution des molaires de 6 ans. D’autres traitements sont destinés à corriger des anomalies du développement maxillaire.

Il arrive que les incisives évoluent dans un mauvais axe. Dès que les incisives du haut et du bas sont sorties, il est possible de dépister et traiter des rapports d’occlusion inversés.

Dans le cas de perte prématurée ou d’extraction précoce des dents de lait(abcès ou caries importantes) il est nécessaire de maintenir de la place, afin d’ éviter que les dents adjacentes ne basculent vers l’espace de l’extraction et ne prennent la place des dents définitives à venir. Il faut parfois, aussi, réhabiliter les fonctions orales (élocution, déglutition…).

A lire aussi : Alimentation et caries chez l’enfant

En denture temporaire, on utilise souvent des appareils amovibles en résine, peu visibles, avec au plus un fil passant devant les incisives du haut. Ces appareils sont aussi appelés « faux palais » ou « palais roses ». Les appareils amovibles peuvent également être en silicone souple, pour améliorer les fonctions orales avec une action sur les muscles des lèvres et de la langue.

A lire aussi : Dents de l’enfant, dents de l’adulte

On utilise également des appareils fixes, constitués de deux bagues sur les premières molaires définitives et d’un fil longeant le palais. Pour aligner les incisives, il peut suffire de mettre 4 bagues pendant quelques mois.

 

 

Attaque de l’émail par les bactéries

 

Entre 8 et 11 ans : les traitements en denture mixte avec établissement de la denture définitive

Cette phase dite d’interception est fondamentale car elle permet de stopper l’évolution d’un problème orthodontique et d’obtenir une croissance harmonieuse de la face.

A cette période il peut exister un chevauchement des dents, une étroitesse de la mâchoire empêchant l’éruption de dents définitives ou un problème de décalage (dans les trois sens de l’espace) entre la mâchoire supérieure et inférieure :

  • décalage dans le sens avant-arrière (antéropostérieur). Le port nocturne d’un appareil amovible permet d’encourager la croissance d’une mâchoire et de freiner la croissance de l’autre
  • décalage transversal (déviation de la mâchoire). Un appareil fixe permet d’obtenir un recouvrement satisfaisant sur les secteurs latéraux
  • décalage vertical : béance ou non-contact entre les incisives des mâchoires supérieure et inférieure

Ces traitements utilisent la période de croissance de la mâchoire pour en rectifier les malformations.

 

 


L’orthodontie fonctionnelle : indications et traitements

L’objectif de l’éducation fonctionnelle est de rétablir un équilibre au niveau du couloir dentaire situé entre lèvres, joues et langue et de favoriser ainsi une croissance faciale harmonieuse.

Les appareils utilisés aident à la correction des mauvaises habitudes de respiration, déglutition, mastication et posture.

Exemples d’indications

Correction des troubles fonctionnels

  • respiration par la bouche / ronflement
  • succion tardive du pouce
  • persistance de la déglutition infantile

Avec leurs conséquences :

  • dents en avant
  • mauvaise fermeture des mâchoires ou absence de contacts
  • maxillaire trop étroit
  • décalage transversal des mâchoires
  • chevauchement des dents
  • troubles de l’élocution

L’orthodontie fonctionnelle a aussi pour but d’éviter de possibles récidives après un traitement multi attaches.

Ces récidives sont inéluctables si la cause fonctionnelle de la déformation n’a pas été rééduquée.

Appareils utilisés

Les appareils utilisés sont essentiellement des gouttières dont le choix varie en fonction de l’âge de l’enfant et de la correction souhaitée.

Ces gouttières se portent le jour en regardant la télévision, en jouant sur l’ordinateur ou la tablette, en lisant, en faisant les devoirs et la nuit pour dormir.

Le port de la gouttière s’accompagnera d’exercices simples.

Les méthodes, techniques et matériaux utilisés sont à la fois compatibles avec l’organisme et inoffensifs aussi bien pour la bouche que pour le corps tout entier (absence de phtalates et de bisphénol).

En complément de l’orthodontie fonctionnelle l’on fait éventuellement appel à l’ostéopathie et l’orthophonie, dans le but d’un développement naturel des fonctions majeures (respiration, déglutition…).


L’orthodontie fonctionnelle : présentation

L’orthodontie fonctionnelle est une approche de l’orthodontie qui envisage la dentition dans sa liaison avec le reste du corps. Elle s’attache donc à traiter les dents en tenant compte de l’ensemble de l’organisme.

Cette approche s’intéresse particulièrement aux fonctions que sont la mastication, la respiration, la déglutition et la posture. En effet une mastication déséquilibrée ou une mauvaise déglutition peuvent s’opposer au développement harmonieux de la mâchoire.
Au contraire, une évolution positive de ces fonctions permettra aux arcades dentaires de se développer suffisamment pour un bon alignement des dents futures.

Les principales fonctions

La respiration
Elément essentiel qui doit se faire uniquement par le nez, de jour comme de nuit. La respiration nasale permet un bon développement des sinus, avec une croissance harmonieuse des pommettes et du palais.
En effet une position basse de la langue pour respirer ne sollicite plus la croissance du maxillaire.

La déglutition
Deux mille fois par jour nous avalons notre salive en serrant légèrement les dents pour déglutir. Il est néfaste qu’à cette occasion les muscles des lèvres, des joues ou de la langue viennent perturber ce contact. Exemple : si la langue appuie sur les dents, celles-ci partiront peu à peu en avant.
Chez le bébé, en l’absence de dents, les lèvres se ferment pour aspirer le lait et la pointe de la langue s’appuie derrière celles-ci.

La persistance de ce mode de déglutition entraînera une déformation de la zone antérieure selon l’endroit où la langue trouvera son nouvel appui (béance, palais étroit dents supérieures ou inférieures en avant).
La prise en compte du rôle de la langue est donc essentielle.

La mastication
Lors de la mastication les dents du haut et du bas entrent très fortement en contact. Souvent l’on a tendance à privilégier un côté de la bouche pour manger et le maxillaire inférieur se déplace alors de ce côté de la mastication. L’occlusion dentaire (contact entre les deux mâchoires) sera à la longue perturbée.

A chaque bouchée faire travailler toutes ses dents, et donc ses muscles : à droite, à gauche, devant !

La posture
Le corps est une corde musculaire qui doit se tendre verticalement.

Les courbures ou les affaissements induisent des tassements, vertébraux et au niveau de la bouche. La langue s’abaisse, s’avance et vient s’appuyer sur les dents en apportant des déformations.

L’orthodontie fonctionnelle fait appel éventuellement à l’ostéopathie et l’orthophonie pour un développement naturel de ces fonctions.


Les premiers jours avec un appareil orthodontique

Votre enfant débute un traitement orthodontique et porte maintenant un appareil dentaire pour redresser ses dents. Cela demande une période d’adaptation et un certain nombre de précautions.

Cet appareil est fixe, c’est-à-dire qu’il est actif le jour et la nuit. Il ne peut être enlevé ni pour manger ni pour se laver les dents. Le plus souvent il se compose de bagues, collées sur les dents, et de fils en forme d’arc qui vont les redresser progressivement.

Cet appareil est fragile. Il peut vite s’abîmer et iI faut donc en prendre grand soin. Eviter de le toucher avec les doigts. Ne pas se ronger les ongles et ne pas manger d’aliments trop durs ou collants.

Pendant les 2/3 premiers jours il est fréquent de ressentir un peu de gêne ou une difficulté pour s’alimenter. C’est normal. En cas de besoin, prendre le médicament que nous vous avons conseillé. Si une irritation à l’intérieur des lèvres ou des joues est ressentie, utiliser de la cire dentaire.

Alimentation

Le premier jour, manger des aliments mous, faciles à avaler. La bouche va s’habituer peu à peu à l’appareil.

Pendant la durée du traitement, éviter de consommer :

  • Les fruits durs : noix, amandes, noisettes, cacahuètes
  • Les aliments collants : chewing-gum, caramels, nougats, carambars, réglisses…
  • Les aliments très sucrés, sucettes, sodas…

Attention aussi de ne pas :

  • Croquer trop fort dans un sandwich, (prendre un sandwich fait avec du pain de mie plutôt qu’avec de la baguette), dans une pomme, dans des carottes. Les couper en morceaux
  • Ronger les os de poulet ou les épis de maïs
  • Mordiller un crayon ou un stylo

Mastiquer doucement

Sinon que se passe-t-il ?
Les bagues se décollent, les fils se tordent et il sera nécessaire de réparer ou de changer l’appareil.

Une fois ces bonnes habitudes prises votre enfant ne se rendra même plus compte qu’il porte un appareil !

Le brossage des dents

Après chaque repas se brosser soigneusement les dents, donc trois fois par jour. Les appareils fixes retiennent des débris d’aliments ce qui favorise le développement de la plaque dentaire (une substance blanche et collante qui se développe sur la dent). Les bactéries aiment bien s’installer dans cette plaque, creuser des caries dans la dent et irriter la gencive.

Brossage des dents avec des brackets Animation pour enfants

 


Les élastiques en orthodontie

A partir de certaines étapes d’un traitement multi-attaches, et si le cas le nécessite, l’appareil orthodontique s’accompagne d’élastiques tendus entre les deux arcades dentaires.

Pourquoi porter des élastiques ?

Ces élastiques sont placés en fonction d’un schéma bien précis et exercent une force qui fait bouger les dents dans la direction désirée. Ils ont pour but de mettre en bonne position les deux arcades dentaires, ce que l’on appelle l’«engrènement» des dents, afin d’établir une fonction dentaire idéale ou en termes plus spécialisés, une bonne occlusion.

Les dents se déplaceront progressivement dans la direction donnée par les élastiques.
Sans élastique les dents ne se déplaceraient pas dans la direction souhaitée.

Un port irrégulier produirait un mouvement de va-et-vient des dents. Les dents reviendraient à leur position initiale lors de période de non port et cela aurait pour conséquence directe d’allonger la durée du traitement.

Comment les porter ?

  • Mettez les élastiques en suivant bien les indications données
  • Changez les élastiques selon nos prescriptions (en général une à deux fois par jour) car ils perdent rapidement de leur efficacité
  • Les retirer pour les repas et le brossage des dents mais les remettre aussitôt
  • Si un élastique casse, changez-le aussitôt
  • Surveillez le stock d’élastiques afin de ne pas en manquer
  • Ne substituez pas vous-même un type d’élastiques par un autre, cela pourrait changer le système de force et ne pas produire les effets désirés


Une gêne peut surgir les premiers jours mais disparaîtra rapidement avec un port continu.

Les différents types d’élastique

Les élastiques de classe I : Elastiques placés uniquement sur une arcade, avec un mouvement de force horizontale ou verticale. Ils peuvent être employés conjointement avec d’autres élastiques.

Les élastiques de classe II : Elastiques intermaxillaires placés antérieurement sur le maxillaire (dents supérieures) et postérieurement sur la mandibule (dents inférieures).

Les élastiques de classe III : Elastiques intermaxillaires placés postérieurement sur le maxillaire et antérieurement sur la mandibule.

 
Correction avec élastique classe 2   Correction avec élastique classe 3

Impact de la succion du pouce sur l’ensemble bucco-dentaire

Une succion du pouce prolongée peut avoir un certain nombre de conséquences sur le développement de la mâchoire et des dents, ainsi que sur des fonctions telles que la déglutition, l’élocution…

Le réflexe de succion est physiologique et déjà présent avant la naissance. Il est indispensable pour le développement du petit enfant.

Mais la succion dans la durée du pouce, de la tétine ou l’utilisation prolongée du biberon, font mauvais ménage avec une bonne évolution dentaire.

La succion persistante fait perdurer ce que l’on appelle une déglutition infantile : la langue adopte une position incorrecte, trop basse, au repos comme lors de la déglutition de la salive (2000 fois par jour en moyenne). Elle s’interpose en avant entre les dents du haut et celles du bas, ou vient pousser sur les incisives au lieu de monter s’appuyer au palais pour exercer une pression latérale nécessaire au développement transversal des mâchoires.

La mandibule (mâchoire inférieure) est alors sous-développée de même que le maxillaire supérieur. Les dents du haut se trouvent projetées en avant et la lèvre inférieure tend à se positionner entre les deux arcades dentaires donnant à l’enfant une physionomie particulière (dents de lapin).

On le voit, la succion intense mène à un déséquilibre des forces musculaires.

Or c’est l’équilibre des forces musculaires de la zone orale (lèvres et langue), qui permet l’évolution équilibrée des maxillaires et un bon positionnement des dents.

Succion du pouce et orthodontie

Visuels de droite : enfant de 10 ans présentant une béance des incisives.

Traitement par arrêt du pouce et rééducation linguale. Port d’un appareil Quad Helix.

Cliquer pour visionner la vidéo en 3D

Si votre enfant a sucé son pouce tardivement, ou s’il le suce encore, nous pourrons intervenir pour l’aider à quitter cette habitude et voir si un traitement orthodontique est nécessaire.

En effet les traitements orthodontiques sont pratiqués maintenant plus tôt, avec des appareils spécifiques, simples et sur des durées courtes. Cela permet souvent d’éviter des soins plus lourds à l’adolescence. Bien sûr tous les enfants ne nécessitent pas d’intervention précoce.


Page 3 of 4First...234

Prendre Rendez-Vous

directement depuis votre ordinateur ou smartphone!

Prendre Rendez-Vous

ORTHOGALLERY

Cabinet du Dr Olivier TORDJMANN

Orthodontiste exclusif à Colombes (92)

8 rue des Glycines
92700 Colombes

Tél. : 01 47 60 20 10
Fax : 01 47 60 20 46